Ts’ui Kiu demanda à Lao Tseu :

– Comment améliorer les êtres sans les gouverner ?

– Soyez attentifs à ne pas troubler leurs esprits, répondit Lao Tseu. Car l’esprit de l’être humain est ainsi fait qu’il se sent opprimé par toute pression et exalté par toute incitation. Opprimé, il se sent emprisonné. Exalté, il peut commettre des ravages. Souplesse et gentillesse l’emportent sur la dureté et la violence qui gèlent comme la glace ou brûlent comme le feu.

Extrait de : Tchouang Tseu – Aphorismes et paraboles.

Chouai l’artisan traçait des cercles avec sa main aussi parfaits qu’avec le compas. Ses doigts s’accommodaient naturellement à la forme des choses qu’il élaborait sans qu’on ait l’impression qu’il fixe son attention. Son habileté venait de la liberté de son esprit qui se mêlait aux formes.

De bonnes chaussures font oublier les pieds. Une bonne ceinture fait oublier les reins. Oublier la distinction entre le pour et le contre permet à l’esprit de s’adapter parfaitement aux influences intérieures ou extérieures en s’oubliant dans l’acte.

Extrait de : Tchouang Tseu – Aphorismes et paraboles.

Share this Post

Leave a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*

*